Des milliers d’Américains victimes d’escroqueries à l’assistance technique


Aux États-Unis, les arnaques à l’assistance technique sont en forte hausse. Les cybercriminels usurpent des fonctions diverses : agents du gouvernement, opérateurs de téléphonie, revendeurs d’équipements informatiques et bureautiques, entreprises de services… Chez Microsoft, le nombre d’alertes de clients victimes d’escroqueries a progressé de 24 % sur un an.

25 % de victimes en plus sur un an

Les escroqueries au support technique consistent pour les cybercriminels à persuader les utilisateurs de l’existence d’un problème technique sur un appareil ou une installation dans le but de leur faire payer des prestations d’assistance indues.

Sur les 153 000 victimes ayant notifié Microsoft en 2017 (un chiffre en croissance de 25 % par rapport à 2016), 10 % ont déboursé entre 200 et 400 dollars. Au total, les pirates auraient encaissé de 3 à 6 millions de dollars, sans compter les cas n’ayant pas fait l’objet d’un signalement. En effet, la cible des arnaques comprend aussi les utilisateurs d’équipements, plateformes ou softwares tiers.

assistance technique

Vente de faux services d’assistance via un centre d’appels

Les faux techniciens passent par différents canaux pour parvenir à leurs fins. Après les appels téléphoniques à répétition, ils sont passés à la messagerie électronique pour atteindre leurs cibles.

Une fois le contact établi, les escrocs mettent la victime potentielle en relation avec un centre d’appels où un prétendu salarié de Microsoft ou d’une autre entreprise technologique réputée s’efforce de la convaincre que son PC est compromis. L’opérateur lui propose alors de télécharger un logiciel pour résoudre le problème ou lui demande un accès à distance à sa machine. Cette dernière option lui permet de charger un code qui lui donne le contrôle de l’appareil. Mais il peut également, outre le coût de la « réparation », vendre un abonnement à un service d’assistance informatique permanent avec règlement en ligne, etc.

S’agissant des faux agents de change de devises virtuelles, ils demandent à la victime un accès à son portefeuille pour transférer temporairement son argent, le temps d’effectuer la maintenance. Sauf que celle-ci n’en reverra plus la couleur.

15 millions de dollars de pertes pour les victimes

Et l’activité est visiblement lucrative, puisque le service de plaintes Internet Crime Complaint Center du FBI estime le montant des pertes dues à ces arnaques à environ 15 millions de dollars, ce qui correspond à une croissance de 86 % d’une année à l’autre.

Au cours de la conférence RSA, qui s’est tenue en avril à San Francisco, Erik Wahlstrom, responsable du projet de recherche Windows Defender, a attiré l’attention sur la nécessaire implication de tous les acteurs. En effet, même en cas de détection d’une escroquerie en cours, il s’interroge sur la pertinence des réactions possibles : envoyer un avertissement à la victime potentielle et bloquer le site frauduleux.

Pour lutter contre le phénomène à l’ampleur et la complexité croissantes, la sensibilisation des utilisateurs est indispensable. Mais surtout, l’industrie doit d’urgence se mobiliser pour la définition d’une solution commune.

Des milliers d’Américains victimes d’escroqueries à l’assistance technique
Laissez un vote !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *