Le smartphone, on ne peut plus s’en passer !

Le smartphone, on ne peut plus s’en passer !

Le téléphone portable est aujourd’hui un indispensable dans notre quotidien. Vous devenez irritable lorsque la connexion est mauvaise, que vous avez perdu la 4G. Vous faites partie des accros au mobile et vous n’imaginez même pas une seconde vivre sans lui. Cette pensée fait peur et pourtant elle est complètement réaliste. Le smartphone est pour bon nombre d’entre nous un objet addictif. Il est donc difficile de le supprimer. 

Comment est-il devenu si indispensable ? 

Le téléphone portable est un produit des plus sournois. Il a su au fil du temps devenir de plus en plus présent dans notre quotidien. Nous sommes tous plus ou moins accros à lui. Nous sommes inquiets, voire irritables lorsqu’il ne fonctionne plus. Comment allions-nous il y a quelques années au travail sans lui ? Aujourd’hui, il se glisse sous l’oreiller pour rester toujours à portée de main. Le mot addictif est loin d’être un superlatif puisque la plupart des individus sont vraiment accros à leur smartphone. Un utilisateur regarde l’écran de son mobile en moyenne toutes les six minutes.

Peut-on lâcher prise ? 

Le smartphone fait partie de notre vie au même titre qu’un objet précieux. Il facilite grandement la gestion de nos différentes activités. Pourtant, il a un énorme défaut. Il nous maintient continuellement sous pression en nous reliant comme le ferait un fil fixé à notre poignet à nos multiples obligations. De nombreuses sociétés proposent un smartphone à leurs employés afin de s’assurer qu’ils seront toujours joignables durant les temps de pause, les congés. 

  • La nomophobie, c’est être dépendant de son mobile et d’avoir peur d’être séparé de lui.
  • Utilisation incessante, peur, angoisse, repli sur soi, ce sont des manifestations qui mettent en évidence l’addiction au portable.
  • Peut-on vraiment se déconnecter ? La réponse est souvent négative pour certaines personnes.
  • Pourtant, le smartphone reste un outil idéal s’il est utilisé à bon escient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *